L’arrivée d’un nouveau baccalauréat ?

réforme, APB, gouvernement , parcoursup, études supérieures, lycée, épreuves, filières, baccalauréat, orientation

Comme il l’avait indiqué dans son programme, Emmanuel Macron et son gouvernement souhaitent améliorer et simplifier le baccalauréat tout en lui donnant un sens.

Pour l’instant nous n’avons pas toutes les informations concernant les modifications qu’apportera cette future réforme mais cependant nous avons déjà quelques pistes.

En adéquation avec la suppression d’APB pour Parcoursup, le but de la future réforme du baccalauréat serait de donner un sens à l’examen en arrêtant avec les 21/20 et pour qu’un 19 en mathématiques équivaut réellement à un 19 en mathématiques.
L’objectif étant que les futurs bacheliers puissent avoir réellement le niveau pour réussir en études supérieures avec une meilleure orientation.

La réforme consiste à supprimer quelques épreuves terminales du baccalauréat. Ainsi, il n’y aurait plus que 4 ou 5 à passer pendant la dernière année de lycée. Pour faire simple, l’épreuve terminale de français qui se déroule en première sera maintenue comme tel, c’est en terminale qu’aurait lieu les plus gros changements. Il y aurait donc deux épreuves dites « universelles » basées sur le tronc commun.

Une première épreuve orale appelée « méga TPE »  pourrait porter sur le parcours et le projet professionnel de l’étudiant et une épreuve écrite de philosophie,  avec un sujet commun à toutes les filières. Enfin deux épreuves de spécialités, choisit par l’étudiant, auraient lieu en février pour que les résultats puissent être intégré dans le portail Parcoursup.
Les résultats de ces spécialités auraient donc un impact sur le choix de l’orientation des futurs étudiants. Les autres matières seraient évaluées en contrôle continu.

De plus, la future réforme remet en cause l’intérêt des filières L, ES et S.
En effet, la mise en place de cette nouvelle réforme viendrait supprimer ces filières pour créer un cursus plus « à la carte ». L’idée serait de pouvoir proposer, dès la seconde, des modules, à choisir en fonction de leur choix d’orientation. On peut alors entrevoir la naissance de nouveaux intitulés plus précis et un parcours en 3 ans.

Les secondes de la rentrée 2018 pourraient être les premiers impactés par ces changements mais la réforme dans son ensemble ne devrait pas s’appliquer avant 2021.